Archives mensuelles : mai 2017

Voltige à La Roche sur Yon

Lundi dernier, j’ai essayé pour la première fois à la voltige aérienne. Une expérience que je rêvais de faire depuis longtemps, mais que je reportais tout le tempssaint-glinglin. Ca s’est passé à l’aérodrome, avec un pilote : Alex. Il a commencé par me présenter l’appareil (un Extra 330 LXintimes), puis m’a fait enfiler le parachute comme un sac à dos. Puis on est partis pour 10 minutes de pures sensations en plein ciel. J’ai pu voir toute ma vie défiler devant mes yeux entre loopings, tonneaux et autres plongeonsJe crois bien avoir dit quelques noms d’oiseaux à plusieurs reprises. Pas grave, le pilote y était probablement habitué. Au bout d’un moment, j’ai commencé à me sentir patraque, et Alex a décidé de calmer le jeu. Mais c’était déjà trop tard et j’ai fait usage du petit sac à vomi qu’on m’avait généreusement offert avant le vol. Je ne dois m’en prendre qu’à moi-même : je n’aurais pas dû insister en disant que tout allait bien quand j’étais blanc comme un cachet. Vomir n’est pas un passage obligé, pourtant. Alex s’adapte à la personne pour qu’il sorte en forme. Comme il le dit lui-même un peu après: l’objectif n’est pas tant d’impressionner les gens lors du baptême, mais de leur faire découvrir le bonheur de la voltige aérienne. Son but n’est pas de rendre malade. Mais même le fait de vomir reste accessoire et ne m’a pas gâché le vol. Lors de la phase de voltige, j’ai pu ressentir des changements de gravité de -3,2G à 5,8G. Pour ceux qui ne connaissent pas, cela signifie qu’à la vitesse maximale, nous pesions 5,8 fois notre poids habituel ! Je vous laisse deviner ce qu’on ressent. Le plus dur, c’est au final lorsqu’on est en G négatifs : c’est là qu’on devient sérieusement patraque. Dans les phases d’accélération, ce que vous avez avalé avant le décollage reste là où il doit être. Alors qu’en micro-gravité, il a curieusement tendance à vouloir repeindre le cockpit. Pour couronner le tout, Thomas m’a autorisé à diriger l’appareil avant l’atterrissage. J’ai même pu pratiquer une petite figure avant qu’on retourne à l’aéro-club ! Je peux vous garantir qu’il m’a fallu un sacré bout de temps pour atterrir mentalement. Si vous n’avez jamais tenté, je vous invite fortement à tester. Ca vaut vraiment le coup de tenter ce genre de chose que l’on n’a pas réaliser. Ce qui est sûr, c’est que si on m’offrait un autre vol, je ne serais pasn’aurais rien contre (comment ça, j’essaie de faire passer un message subliminal ?) ! Mais à jeûn, cette fois. Je vous mets le lien vers le site web de mon vol de voltige aérienne. Mais si vous du genre sensible, mieux vaut s’abstenir !.Retrouvez plus de renseignements sur l’organisateur de cette expérience de vol en avion de voltige à La Roche sur Yon.

voltige6