Archives mensuelles : décembre 2017

Les politiques forestières en France

Les politiques forestières ont évolué au fil du temps sous diverses impulsions sociétales, économiques, climatiques… L’objet de ce rapport est d’identifier les courants de pensées et les préoccupations qui ont dirigé l’évolution des politiques forestières de la France, en se basant essentiellement sur l’un de leurs résultats écrits, les lois et rapports réalisés pour l’Etat. En effet, ces derniers reflètent la plupart du temps le courant de pensée dominant, et justifient souvent bien que pas systématiquement – les orientations politiques mises en oeuvre. Identifier les constantes, mais aussi les évolutions passées et récentes, permet de mieux comprendre le fil de l’histoire politique et forestière, ses hésitations, ses retours en arrière. Au commencement d’un millénaire où seule l’incertitude est certaine, tant sur le plan climatique qu’économique, ce retour sur le passé cherche à partager cet histoire et ses legs, contribuer au débat nécessaire et, si possible, éclairer les décisions futures. A travers un bref rappel des politiques menées du Moyen-Âge jusqu’à la seconde guerre mondiale, les deux mouvements clefs de déforestation/ dégradation puis de restauration de la couverture boisée sont exposés. Puis la période de l’après guerre voit se développer en parallèle une politique productiviste et de protection du patrimoine, jusqu’à la naissance de la thématique du développement durable dans les années 90. Jusqu’aux tempêtes de 1999, le débat autour de la gestion durable et de la multifonctionnalité des forêts prend lentement forme, non sans antagonismes forts. La période qui suit les tempêtes de 1999 est une période de remise en cause des choix sylvicoles et de grands questionnements ouverts, sous la pression de la société et des médias notamment. A posteriori, c’était une période où tout semblait possible pour une évolution en profondeur. Malheureusement, ce rendez-vous avec l’histoire est manqué. Aujourd’hui, malgré l’émergence lente de la prise de conscience des changements climatiques dans les milieux forestiers et, paradoxalement grâce au Grenelle de l’Environnement (2007), la vision productiviste est fortement de retour. Enfin, sur la base des connaissances scientifiques actuelles sur les écosystèmes et de l’expérience de gestionnaires innovants, des pistes sont données pour une rénovation politique plus que jamais nécessaire pour l’avenir de la qualité des forêts et de leur biodiversité.