Crise du lait : « grosse mobilisation » nationale pour faire plier Lactalis

Des producteurs de lait lors d’une action dans un supermarché, à Louvroil (Nord), le 27 août.

Les syndicats agricoles ont décidé, dimanche 28 août, d’accentuer la pression sur le groupe laitier Lactalis. « Après la déception de vendredi, une grosse mobilisation est en préparation dans l’ensemble des régions », a déclaré Xavier Beulin, le président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), s’exprimant aussi au nom de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) et des Jeunes agriculteurs (JA). Tous tentent de forcer le géant laitier à remonter ses prix d’achat.

Quelques heures plus tôt, les trois organisations avaient annoncé dans un communiqué le lancement, lundi, d’« un mot d’ordre national pour aboutir à un accord avec Lactalis ». Une nouvelle réunion téléphonique doit avoir lieu à midi « pour acter les différents rassemblements et sites qui feront l’objet d’actions », a détaillé M. Beulin.

Celles-ci pourraient notamment se traduire par des manifestations autour de différents sites de production de Lactalis, et elles devraient débuter en fin de journée. Toutefois, certains producteurs ont décidé sans attendre d’aller faire des opérations de « stickage » – elles consistent à placer desautocollants sur des laitages produits par Lactalis – dans certains points de vente et d’aller à la rencontre des consommateurs.

« Relation moyenâgeuse »

« Nous sommes très déçus du comportement de Lactalis, qui se dit prêt à participer aux négociations, mais qui à côté de ça ne propose que des prix dérisoires », au regard des moyens dont il dispose, avait déclaré, dimanche, la numéro deux de la FNSEA, Christiane Lambert.

Les agriculteurs « se sont sentis humiliés par tant d’arrogance » et « meurtris par cette incapacité du groupe à sortir d’une relation moyenâgeuse entre un seigneur et ses serfs », ajoutait un communiqué commun des syndicats agricoles. « Lactalis devra plier ou alors ça lui coûtera très cher », a pour sa part averti Philippe Jéhan, président de la FDSEA-Mayenne.

En élargissant le combat à l’ensemble du pays, les producteurs de lait cherchent à augmenter la pression sur Lactalis ; l’entreprise est restée silencieuse depuis vendredi. Depuis « personne n’a eu le moindre contact avec eux ou n’a de nouvelles de leur part », a indiqué M. Beulin se déclarant « à la disposition » du groupe laitier « pour entamer de nouvelles négociations ».

Une augmentation de 15 euros la tonne

Le groupe laitier a proposé une augmentation de 15 euros la tonne de lait à compter du 1er septembre, soit environ 271 euros. Cette proposition a été perçue comme un camouflet par les agriculteurs, qui estiment leur coût de production à 300-320 euros au minimum la tonne.

Le médiateur du gouvernement avait lui fait une proposition à 280 euros la tonne, ce qui n’a pas été accepté par les producteurs. Ce chiffre de 280 euros correspond au prix pour les cinq derniers mois de l’année, ce qui sur l’année revient à rémunérer 272 ou 271 euros la tonne, a expliqué, dimanche, Sébastien Amand, vice-président de l’Organisation de producteurs Normandie Centre.

Détails des dépenses pour produire 1000 litres de lait
Les charges pour l’alimentation des vaches constituent la plus grande part des coûts des producteurs de lait
Source : LE MONDE

Or « pour ramener de la rentabilité, il faudrait 340 » euros la tonne, selon Pascal Clément, président de la section laitière de la FRSEA du Grand Ouest. Lactalis achète actuellement le lait à 256,90 euros la tonne, bien en dessous du prix payé par d’autres transformateurs comme Laïta et la société Silav (290 euros la tonne) ou la laiterie Saint-Père, filiale d’Intermarché (300 euros les 1 000 litres).

Le gouvernement impuissant

Un producteur sur cinq en France travaille pour Lactalis, soit 20 % de la collecte française, ou 5 milliards de litres de lait collectés sur un total de 25 milliards produits annuellement.

Deux rounds de négociations menés avec Lactalis la semaine dernière se sont soldés par un échec et aucune nouvelle date de négociation n’est actuellement prévue.

Le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, a estimé pour sa part que Lactalis, numéro un mondial des produits laitiers, ne pouvait « pas payer le prix le plus bas en France », tout en reconnaissant que le gouvernement ne disposait d’aucun moyen pour forcer ce dernier à remonter ses prix.