Des fables d’enfance

Avocat de formation, Charles Perrault initial a fait l’affaire pour un reconnu en charge des structures royales. Il a commencé à réussir une réputation littéraire en 1660 avec un peu de vers doux et à aimer la poésie et a investi la majeure partie de sa vie pour promouvoir la recherche en littérature ainsi que les arts. En 1671, il est élu à l’Académie française, qui se sépare rapidement de la question des Anciens et des Modernes. Perrault a garanti les Modernes, qui considéraient que, au fur et à mesure que la civilisation évolue, la littérature se développe à partir de celle-ci, c’est pourquoi la littérature ancienne est sans aucun doute beaucoup plus grossière et barbare que la littérature moderne. Son poème Le Siècle de Louis le Grand (1687; «L’ère de Louis le Grand») a placé ce genre d’auteurs contemporains comme Molière et François de Malherbe plus haut que les experts traditionnels de la Grèce et de Rome. Son principal rival dans ce différend était Nicolas Boileau. La position de Perrault était vraiment un point de repère dans la révolte effective à un moment donné contre les confins de la tradition existante. Les contes de fées de Perrault dans New Mother Goose ont été écrits pour amuser ses jeunes enfants. Ils incluent «Little Reddish Driving Hood», «The Sleeping Elegance», «Puss in Boots» et «Bluebeard», des variations modernes de contes populaires à cinquante pour cent ignorés, que Perrault a raconté dans un style qui est certainement basique et clair. affectation. Si on saute Jean de La Fontaine, dont les fables, pourtant lues par le frais, n’ont pas été créées pour eux, la littérature enfantine française d’un point de vue commence par les contes de fées classiques de Charles Perrault. Ils étaient probablement destinés au salon plutôt qu’à la crèche, mais le rythme narratif et la lucidité les recommandaient immédiatement aux enfants. Les contes de fées de sa moderne Mme d’Aulnoy, comme beaucoup d’autres créés au cours du 17e siècle et au début du 18e siècle, sont rarement le véritable article. En utilisant une allure Watteau-like, ils préfèrent de la salle d’audience, avec le Télémaque de François Fénelon, une conférence romancée sur l’éducation et l’apprentissage. Rousseau, comme on l’observe, a réussi à faire toute la différence. Émile a au moins pris conscience de ce que pourrait être la scolarité. Mais le résultat sur la littérature pour enfants n’a pas été vraiment libérateur. Sa disciple, Mme de Genlis, établit une rencontre sévère contre le maquillage associé à une sorte; toutes les merveilles doivent être décrites rationnellement. Ses histoires ont entraîné les enfants beaucoup plus qu’ils ne voulaient savoir, une circonstance qui l’a attiré vers un certain type de parent. Sainte-Beuve, pour être honnête, l’a nommée «la plus gracieuse et la plus galante des pédagogues». Certes, une de ses qualités, la priggishness, a été énergiquement produite par Arnaud Berquin dans l’Ami des enfants. Berquin a trouvé l’équivalent français de la morale bourgeoise de langue anglaise concurrente. Sur place, il a instinctivement fabriqué une littérature adulte pour les plus jeunes, emballant les dés en faveur de vos idéaux organisés par les mères et les pères étant corrects pour les enfants. Mais il faut faire attention à juger Berquin ou son successeur tout aussi moraliste Jean-Nicolas Bouilly par les exigences d’aujourd’hui. Les enfants les ont acceptés simplement parce qu’ils étaient les plus efficaces disponibles sur le marché; et l’hommage d’Anatole France dans Le Petit Pierre (1918) montre qu’ils doivent avoir exercé un certain charme.