La fin de la consommation de masse

L’espace impliquant la perception de la façon dont les magasins se négocient en plus de leur performance réelle semble être un scénario traditionnel de «biais de confirmation», qui correspond à la tendance individuelle à obtenir des informations qui confirment des croyances préexistantes. Au lieu d’être simplement terrible, le commerce peut peut-être être bien mieux résumé en «difficile, mais sans empirer». Lentement et progressivement, le message est de passer à travers, conduisant une voiture puissante parler de la récupération des prix dans le type remarqué cette année à venir. Cet écart entre impression et actualité est évident depuis un moment. Au printemps dernier, Le journal d’Isaac il était absolument facile de discerner une augmentation des profits et des styles de marge alors que les exigences du consommateur du Royaume-Uni commençaient à s’atténuer. Néanmoins, ce sont les mises en garde et les administrations qui font les manchettes, même si les parrainages de «vendeurs» par les courtiers restent assez nombreux. Les anticipations sont complètement basses pour préparer le terrain pour plus de rééducation. Les dernières recherches indiquent que les consommateurs britanniques sont bien informés en ce qui concerne leur scénario économique individuel et non en ce qui concerne les perspectives monétaires de base du pays. Il semble que le scepticisme au sujet du Brexit n’ait eu que beaucoup d’impact direct sur le point de vue des consommateurs et sur l’ensemble des dépenses des ménages. La vérité est que les dépenses ont augmenté d’environ 52,5 milliards de livres en 2018, avant d’augmenter de manière comparable les années précédentes (ressource: Lazarus Business economics). Bien que les dépenses liées aux véhicules aient diminué pour des raisons structurelles, les propriétaires du Royaume-Uni ont beaucoup investi dans les vêtements, les meubles de maison et les lieux de restauration en plus de leurs animaux en 2017 et 2018. Un marché des carrières solide, des revenus plus élevés et des ajustements fiscaux semblent ont soutenu les dépenses. Les bénéfices progressent à un niveau record, étant donné que 2008, dépassant le ralentissement de la hausse des prix qui s’est modérée, est tombée dans une saison deux sans janvier. Vers la fin de 2018, un certain nombre de secteurs concentrés sur les acheteurs, tels que la grande distribution au Royaume-Uni , «Déclassé» beaucoup plus que l’ensemble du secteur. En d’autres termes, leurs dons ont fortement chuté sans l’amélioration constatée des anticipations de revenus de base, les courtiers devenant de plus en plus anxieux, il se peut qu’il ne reste que de mauvaises nouvelles à venir. Cela a exacerbé l’engouement pour les entreprises résidentielles britanniques de sous-performer les recettes internationales du Royaume-Uni, qui se déroulait depuis 2016. Dans le cas en question, les mises à niveau d’achat et de vente, car début 2019, n’ont pas corroboré ces craintes. Un grand nombre des commerçants les plus difficiles ont rassuré que les investissements investis ne se détérioraient pas davantage, bien que les lignes directrices incluant «Les problèmes de soins maternels s’aggravent à mesure que les ventes de produits diminuent» ne fournissaient aucune indication à ce sujet. Entre-temps, un certain nombre d’experts, tels que Pets at Home, Dunelm et JD Athletics, ont affirmé que le développement des ventes de produits du même magasin était très puissant, contribuant ainsi à donner une perception suffisante de ce que nous devrions savoir sur les dépenses familiales dans certains secteurs du marché.

Si vous êtes intéressé par LINK, veuillez consulter notre page Web.