Le grossissement de la métaphysique de Simone de Beauvoir

Déjà adolescente, la philosophe française Simone de Beauvoir a reconnu qu’elle était différente des autres femmes. «Je ne peux pas me débarrasser de cette idée que je suis par lui-même, à l’intérieur d’un monde entier éloigné l’un de l’autre, devenant courant sur l’autre comme lors d’un spectacle», a-t-elle composé. Lorsqu’elle est allée à l’école complémentaire pour apprendre le point de vue, son altérité était beaucoup plus distincte: Beauvoir s’illumine et buvait comme un gentleman. Elle a attiré l’attention de tout autre étudiant, René Maheu, et a écrit dans leur dossier que cette Maheu à la recherche excellente et intelligente était sa «plus grande joie». Maheu l’a surnommée le castor, en français pour «le castor». Il était idéal pour elle à peu près dans tous les sens, à part un seul: il était engagé. Parallèlement, elle a fait des recherches pour son test d’entraînement avec le bon ami de Maheu, Jean-Paul Sartre (page 138). Sartre était un canard peu attrayant, mais un causeur captivant comparé au beau mais ennuyeux Maheu. Beauvoir et Sartre analysaient et parlaient presque tout le temps pendant des semaines. Elle a terminé à la 2e place de l’examen; il a fait tout d’abord (bien que ce soit sa prochaine tentative peu de temps après avoir échoué l’année précédente). Plus Beauvoir passait de temps avec Sartre, moins elle envisageait Maheu. À son grand étonnement, elle se découvrit folle du type à la chasse humoristique. C’était le début de la relation inhabituelle de cinquante et un ans qui allait contrôler le style de vie de Beauvoir et risquerait d’éclipser son opération. Bien qu’ils se désignent généralement comme mari et partenaire dans les personnages, Beauvoir et Sartre ne se sont jamais mariés. Le mariage était en fait une expression crasseuse du Sartre libre de pensée. Beauvoir était d’abord en conflit; elle avait l’habitude de s’imaginer être une épouse et une nouvelle mère. Alternativement, Sartre a suggéré un accord ouvert dans lequel leurs relations les uns avec les autres seraient «essentielles» et toutes sortes d’autres personnes complémentaires. Beauvoir et Sartre ne vivaient l’un avec l’autre que sporadiquement et avaient par conséquent beaucoup de temps pour des activités extrascolaires aussi bien sexuelles qu’intellectuelles. Dans les années 1950, Beauvoir publie la puissante polémique féministe The 2nd Sexual Intercourse. Elle a également été une romancière et une mémoriste talentueuse, se créant comme une philosophe impartiale de Sartre. À sa demande, ils se sont révélés leurs problèmes sexuels. Deux recueils de lettres, postés peu de temps après leurs deux décès, ont révélé leur promiscuité: Beauvoir a raconté ses liaisons homosexuelles dans des détails alléchants pour Sartre, comme il lui a publié sur l’obtention de la virginité des jeunes filles avec une précision scientifique. Parfois, ils recherchaient les mêmes filles – régulièrement avec une duplicité troublante, comparant les avis derrière le dos de leurs conquêtes. La connexion la plus passionnée de Beauvoir n’était pas avec Sartre, mais avec l’éditeur américain Nelson Algren. Ils ont initialement atteint en février 1947 lorsque Beauvoir parcourait Chicago. Algren lui a fourni une bague en diamant et lui a demandé d’aller en Amérique pour être avec lui. «Je suis capable de vous épouser en ce moment même», a-t-il déclaré.