Les premiers taxis sans chauffeur roulent à Singapour

Le Monde | 25.08.2016 à 17h20 |Par Éric Béziat (avec AFP)

Les premiers taxis sans chauffeur ont commencé à circuler jeudi 25 août, à Singapour.

Uber et Google en rêvaient, nuTonomy l’a fait. Les premiers taxis sans chauffeur ont commencé à circuler jeudi 25 août, à Singapour, lors d’un essai dans une zone limitée, ce qui constitue une première mondiale et une avancée importante dans la course au transport de personnes par véhicule autonome.

Les six taxis – des voitures électriques Renault Zoe et Mitsubishi i-MiEV – roulent dans un espace de quatre kilomètres carrés, avec des endroits désignés pour prendre et déposer des passagers. Les courses doivent être réservées sur un smartphone via l’application de cette société américaine fondée par deux ingénieurs, spécialistes en robotique, anciens du MIT (Massachusetts Institute of Technology).

Sous contrôle d’un ingénieur

Ainsi, le patron et cofondateur de la start-up, Karl Iagnemma, a déclaré :

« L’essai représente une opportunité extraordinaire pour recueillir des avis de passagers dans un environnement réel. Ces avis vont donner un avantage unique à nuTonomy, dans la mesure où nous préparons le déploiement d’une flotte de véhicules autonomes en 2018. »

Si la conduite de ces voitures high-tech se fait de manière autonome, un ingénieur de nuTonomy se trouve cependant à bord pour chaque course, afin d’observer le fonctionnement du véhicule et de pouvoirintervenir en cas de problème, a précisé la société.

L’éclairage: Le marché automobile accélère sa révolution

Vital pour Uber

D’autres initiatives dans cette nouvelle technologie sont annoncées. Le service américain de réservation de véhicules par téléphone mobile Uber avait ainsi indiqué la semaine dernière qu’il mettrait en service des voitures sans conducteur dans la ville américaine de Pittsburgh (Pennsylvanie) d’ici à la fin août. Son concurrent Lyft s’est de son côté associé à General Motors afin de créer en commun une voiture sans conducteur.

Lire aussi : A Pittsburgh, Uber va proposer des taxis sans chauffeur à ses clients

Cette technologie est vitale pour ces sociétés de taxi par Internet. Uber est confronté au risque de devoirréintégrer en tant que salariés tous ses chauffeurs, aux Etats-Unis comme en Europe, ce qui menacerait son existence même.

De son côté, la société Alphabet, maison mère de Google, avait annoncé en mai un partenariat avec le constructeur automobile Fiat Chrysler pour développer sa flotte de voitures autonomes, qu’elle espère mettre en service d’ici à fin 2016.

  • Éric Béziat (avec AFP)

    Journaliste au Monde