Se battre contre la déperdition alimentaire

La France est un innovateur dans le domaine de la cuisine, que ce soit au restaurant ou récemment à la poubelle. En février 2016, la France est devenue le 1 er territoire de la planète à interdire aux magasins de séparer les denrées alimentaires intactes au moyen d’une réglementation adoptée à l’unanimité. Désormais, les épiceries, quelle que soit leur dimension, devraient donner des produits alimentaires non modifiés ou payer une amende. D’autres polices d’assurance exigent que les universités forment les étudiants sur la durabilité des aliments, que les entreprises documentent les études sur les gaspilleurs dans les études environnementales et que les restaurants proposent des bagages à emporter. Marie Mourad, doctorante en sociologie à Sciences Po à Paris, a rédigé de nombreuses critiques sur les déchets alimentaires en France. « La France n’est pas vraiment le pays qui gaspille le moins de produits alimentaires, mais elle est devenue l’un des plus proactifs simplement parce qu’elle veut devenir la région par excellence des pays européens. » Les efforts de la France ne sont pas passés inaperçus. La terre a reçu la meilleure note dans l’Indice de durabilité des aliments 2017, une enquête menée auprès de 25 pays d’Europe, du centre-est, de certaines parties de l’Asie et des Amériques par l’intermédiaire de la fondation Economist et Barilla Middle pour les produits de base pour l’alimentation et le régime de base (BCFN). Les ressortissants français ont dilapidé chaque année 234 kilos d’aliments par personne, ce qui est bien meilleur que les cousins ​​internationaux de la France, selon la déclaration de la BCFN, par rapport à environ 30 kg par habitant par saison. Impact minime des restes minuscules Les repas gaspillés, ou de délicieux repas intacts, sont généralement une affaire mondiale. Chaque année, environ 1,3 milliard de dollars, ou un tiers de l’ensemble des produits alimentaires mis au point, sont jetés, en se basant sur les activités de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Récupérer seulement 25% de ces repas perdus pourrait nourrir 870 millions d’hommes et de femmes affamés – empêchant ainsi la communauté d’avoir faim. En outre, les denrées alimentaires gaspillent des informations utiles telles que l’eau potable, les terres arables et les fonds, mais remplissent également les décharges qui produisent du méthane. Si les déchets alimentaires finissaient par devenir un État, il pourrait s’agir du troisième plus important émetteur de carburant de serre à l’arrière des États-Unis et de l’Extrême-Orient. «Le gaspillage de nourriture est tellement critique parce que comment et où nous fabriquons des aliments offre la plus grande impression au monde associée à une action de l’homme», déclare Jason Clay, un citoyen âgé âgé de v. p. des produits alimentaires et des marchés avec le Fonds pour les animaux sauvages Planet. «Aux États-Unis, le gouvernement n’a pas de champions qui s’intéressent beaucoup aux denrées alimentaires, mais les denrées alimentaires sont gaspillées», affirme M. Clay. « Cela nous a séparés de la France: ils ont déjà ceux qui ont soulevé ce problème politiquement. »