Une attaque aérienne sur Idlib

La Syrie rebelle «Down Fighter Jet» dans la province d’Idlib

Un tournage sur la chaîne de télévision al-Arabiya montre ce qui semble être de la fumée dans le ciel et une personne en parachute – Cette séquence n’a pas été vérifiée de façon indépendante
Des informations non confirmées indiquent que des rebelles syriens ont abattu un avion de chasse de l’armée de l’air dans la province nord-ouest d’Idlib.
Des images amateurs diffusées par des chaînes de télévision par satellite arabes sur le prétendu incident montraient de la fumée et deux personnages parachutistes au sol.
Des sources de l’opposition ont également déclaré que 20 personnes, dont huit enfants, avaient été tuées alors que les forces de sécurité bombardaient Idlib.
Pendant ce temps, un groupe de défense des droits de l’homme a allégué que les forces syriennes pourraient viser des civils faisant la queue pour du pain à Alep.
Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir jeudi pour discuter de la situation humanitaire en Syrie.
Mais selon les rapports, les États-Unis, la Russie et la Chine seront absents de la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil, ce qui rend peu probable une action décisive.
‘Allahu Akbar’
Dans les images de la chute apparente de l’avion montrée sur la station satellite al-Arabiya, de la fumée s’échappe dans le ciel, puis des pilotes sont vus en train de parachuter jusqu’au sol.
Syrie: l’histoire du conflit
Comment les manifestations anti-gouvernementales ont conduit à un conflit interne sanglant qui déchire une nation
Pendant ce temps, vol en avion de chasse les rebelles qui célèbrent crient « Allahu Akbar » (Dieu est grand). L’authenticité de la vidéo ne peut pas être vérifiée.
L’agence de presse AFP a ensuite cité le chef du conseil militaire rebelle à Idlib, disant que les deux pilotes avaient été capturés.
L’identité des rebelles derrière la prétendue attaque n’est pas claire, le narrateur de la vidéo disant que les rebelles viennent de la Brigade des martyrs syriens et d’al-Arabiya suggérant qu’ils sont de l’armée syrienne libre.
Ces dernières semaines, les rebelles syriens ont déclaré avoir abattu un autre avion de chasse et un hélicoptère de combat.
Le groupe militant d’opposition basé au Royaume-Uni, l’Observatoire syrien des droits de l’homme, a déclaré jeudi que 20 personnes, dont huit enfants et neuf femmes, avaient été tuées dans des bombardements par les forces de sécurité dans la région d’Abu al-Zohur à Idlib.
Il a déclaré que le bombardement était en réponse à des attaques rebelles.
Les rapports de victimes ne peuvent être vérifiés de manière indépendante.
Par ailleurs, le directeur de l’hôpital principal utilisé pour soigner le personnel de sécurité a déclaré à l’AFP qu’il estimait que plus de 8 000 membres des forces de sécurité étaient morts depuis le début du soulèvement syrien en mars 2011.
Le directeur, un médecin qui détient également le grade de général, travaille dans l’établissement de Tishrin à Damas et a parlé sous couvert d’anonymat. Ses estimations ne peuvent être confirmées indépendamment.
Légende de l’image Le directeur de l’hôpital militaire de Tishrin, montré ici, estime que 8 000 agents de sécurité ont été tués
« J’estime qu’au moins 8 000 soldats et membres des forces de sécurité ont été tués depuis le début de la crise », a expliqué le directeur à l’AFP.
« Chaque jour, nous recevons en moyenne 15 à 20 corps de soldats et de membres des forces de sécurité, leur nombre augmentant depuis le début de l’année », aurait-il déclaré.
Il a indiqué qu’environ 60% des victimes avaient été tuées par balles, 35% lors d’explosions dont des roquettes antichars, tandis que 5% avaient été « abattues ou décapitées ».
L’ONU estime que, dans l’ensemble, plus de 18 000 personnes sont mortes depuis le début du conflit.
«Imprudemment aveugle»
Les affrontements se poursuivraient jeudi ailleurs dans le pays, des militants signalant des combats avant l’aube dans la banlieue est de la capitale, Damas.
Les militants ont également déclaré que des combats acharnés se poursuivaient dans la ville commerciale âprement disputée d’Alep.
Pendant ce temps, le groupe basé aux États-Unis, Human Rights Watch, allègue que les forces gouvernementales syriennes ont tué des civils faisant la queue pour du pain dans la province d’Alep.
Il a déclaré que les attaques contre ou près d’au moins 10 boulangeries au cours des trois dernières semaines sont « aveuglément aveugles » et « suggèrent que les forces gouvernementales ont ciblé des civils » – deux crimes de guerre.
Une attaque le 16 août a tué jusqu’à 60 personnes, tandis qu’une autre le 21 août en a tué au moins 23, selon Human Rights Watch.